Voyage en apesanteur pour MuGravity

Réunis au sein d’une association baptisée muGravity, quatre élèves ingénieurs en 1ère année à l’ENSMM ont participé à une expérience unique : observer et mesurer le mouvement d’une montre mécanique en apesanteur, à bord d’un avion A310.

 Un projet commun

Yann BARAN, Victor CALOONE, Justin CHAILLOT et Antoine MALTEY sont passionnés d’horlogerie, d’aéronautique ou de vidéos. Ensemble, ils décident de constituer une équipe pour participer à un concours étudiant «  le concours Parabole » organisé par le Centre National d’Etudes Spatiales. Leur projet est retenu parmi une quinzaine de dossiers proposés par les plus grandes écoles d’ingénieurs.

Un projet original


L’originalité de leur sujet, sa valorisation au niveau pédagogique ainsi que le soutien de partenaires scientifiques et techniques ont fait la différence. Particulièrement représentatif du savoir-faire de la région dans le domaine des micro-techniques et de l’horlogerie, il pose la question de l’impact de la gravité sur la précision d’un mécanisme d’une montre mécanique.

Le projet débouche sur une expérience à bord d’un avion qui simule les conditions de la gravité de l’espace.

Des partenaires très présents

Pour la mener à bien, l’équipe s’associe à des acteurs de l’horlogerie et de la mesure du temps. La Maison Pequignet, manufacture horlogère fournit les mouvements pour les expériences techniques, le laboratoire FEMTO-st et l’Observatoire de Besançon apportent leur aide scientifique. La Fabrikà sciences les accompagne pour le côté pédagogique. En interne, l’ENSMM ainsi que l’association d’horlogerie, muChrono, soutiennent le projet en fournissant du matériel et en apportant des conseils avisés.

Une expérience inoubliable

 10 jours à Bordeaux-Mérignac

Après 10 mois de travail, de réflexion et de préparation, l’aventure prend forme. Les 4 élèves partent pour 10 jours à Bordeaux-Mérignac où ils sont guidés pendant cette dernière ligne droite par le CNES pour les aspects scientifiques et par Novespace pour les nombreuses contraintes liées à la sécurité.

Entourés d’une quarantaine d’ingénieurs, d’astronautes, de doctorants et de chercheurs, ils passent des moments qu’ils qualifient « d’inoubliables » à échanger et à partager.

Le 4 octobre dernier, deux d’entre eux, s’envolent à bord de l’A310 pour la finalisation de leur expérience, une expérience scientifique et humaine qu’ils ne sont pas prêts d’oublier…

Suivre mugravity sur facebook