Richard Valton

Master | Directeur d’usine pour l’équipementier japonais NTN

Rester humble et se confronter le plus tôt possible au monde du travail

Pour Richard Valton, µ92, le déclic pour l’ingénierie se produit lors de son projet de fin d’études de 3ème année, réalisé au centre d’essais de PSA Blechamp (Sochaux). Bien accompagné par ses tuteurs à l’ENSMM et dans l’entreprise (JL Waterkowski Directeur Ecole et Michel Cuchet µ86 Resp. Essais chez PSA), Richard se passionne pour le produit automobile. Un attachement à ce domaine d’activité qui l’accompagne tout au long de sa carrière.

Après son stage, Richard Valton intègre l’armée (un passage encore obligatoire en 1992), puis après quelques petits boulots trouve finalement sa place chez Sommer Allibert, aujourd’hui Faurecia. Il y fera un parcours assez « rythmé » mais respectant les différentes étapes : B.E. ; Superviseur Production, Industrialisation, Responsable de Production, Stratégie industrielle en centrale, Direction d’une usine « Juste à Temps », Direction d’une usine « process », avant de devenir Directeur Manufacturing Branche, où il s’occupe de démarrages industriels et des investissements. Seize années d’excellents souvenirs !

Aujourd’hui directeur d’usine pour l’équipementier Japonais NTN, Richard Valton souhaite poursuivre son parcours dans l’opérationnel. Il aime manager, coacher des équipes, construire et organiser la production industrielle. Sa satisfaction, il la trouve dans l’impact de son travail fédérateur sur les équipes, plus performantes, plus solides, maîtrisant mieux les outils au fil des améliorations apportées. Et surtout lorsqu’on lit dans les yeux de chacun le soulagement et la fierté d’avoir transformé un secteur.

A quarante ans passés, Richard déclare vouloir mettre le curseur sur le « qualitatif », c'est-à-dire pouvoir choisir les missions qui lui procurent le plus de « satisfaction ». De plus, pour progresser dans sa fonction, il avoue avoir dû se remettre en cause : 

Appréhender l’humain, et donc bien se connaître soi-même, c’est clé pour un manager ; celui qui n’a pas le courage de mettre à plat ses comportements et analyser ses blocages, sera freiné dans sa carrière. Il faut aussi accepter de ne pas réussir à tout corriger. Le coaching, c’est un outil important du manager, et me concernant je dois être et je suis conscient qu’il me reste encore beaucoup de progrès possibles.

Quels conseils donner aux élèves-ingénieurs ? Rester humble et se confronter le plus tôt possible au monde du travail, même et surtout à travers des petits boulots. C’est un élément déterminant pour entrer dans la réalité, s’insérer dans sa vie d’adulte, développer la confiance en soi et l’aspect « accrocheur ».

Quant aux meilleurs souvenirs de sa vie d’étudiant à l’ENSMM, Richard déclare sans hésiter que c’est sa « bande de potes », avec lesquels, encore aujourd’hui, il a gardé le contact !